web analytics

Bon.
J’avais décidé de blogguer en anglais. Puisque j’habite en Angleterre et que mon site est en anglais. Et que je suis une cool girl. Mais en fait le résultat est le suivant : je n’ai pas écrit un mot. Not. a. single. word. Le mieux étant l’ennemi du bien je me lance donc en français et je tâcherai, peut-être, si je trouve un moment, de traduire mes articles. Quand j’aurais le temps (jamais). De toute façon ça ne t’intéresse pas si tu es arrivé jusqu’ici c’est que le français, tu maitrises. Donc je bloggue en français sur mon super site anglais, la logique du truc.

En tant que franchie vivant en Angleterre, que dis-je, dans le nord de l’Angleterre, ZE sujet du moment c’est : Mais comment survivre a ce f***** English winter (f for famous, obviously). Non parce que là tu vois il est pas encore 16h23 et je viens de fermer mes volets. Tu sais que tu vas avoir un hiver pourri quand tu n’as même pas encore pris ton quatre-heure et que tu as deja allumé la lumière.

Comme j’aime les listes, et qu’elles sont drôles à illustrer, je me suis posée (sous la couette) et j’ai fait une liste intitulée de manière ô combien originale: “Survivre dans le West-Yorkshire pendant le winter – Solutions n’incluant ni couette, ni dernière saison de Walking Dead, ni Toblerone”. En vrai elle doit forcément aussi s’appliquer un peu à toi, à un degré différent. Mais bon nous, ici, on peut même passer  un test sur le site du NHS pour savoir si on a vraiment le winter blues, ce qui te montre l’ampleur du truc. 2 millions d’Anglais souffrent de dépression hivernale chaque année, voila qui devrait suffir a te convaincre que c’est moi la plus à plaindre.
Note : Si tu habites à Miami et qu’il fait présentement 26 degrés eh bien silence s’il te plait je ne veux rien savoir.

1. Ce n’est pas pour rien que le thé c’est anglais (enfin chinois surtout mais pour le bon déroulement de l’article on ne va pas chipoter). Donc s’abreuver de boissons chaudes, dans la mesure du possible sans alcool, ça aide. Parce que ça réchauffe le gosier et on se sent toujours mieux après ça. Donc tu vas à Tesco et tu te fais une provision de café, thé et tisanes histoire d’avoir le choix et d’avoir l’impression que c’est du que fun quand tu ouvres ton placard.


2. S’habiller le matin. Oui parce que quand tu es freelance/super maman tu as vite fait de te dire que ne pas s’habiller c’est 10 minutes de gagnées le matin, et la même le soir, ce qui n’est pas négligeable n’est ce pas dans ton emploi du temps de folie. Oui. Sauf que rester en pyjama toute la journée ne va pas t’aider a être la jeune femme accomplie et motivée que tu rêves d’être, non non non. Et puis il est ensuite assez vite fait de zapper aussi la douche et c’est le début de la fin.

Et en exclusivité mon outfit du moment :


3. Faire du sport. De préférence de jour, dehors et sans laisser 2 jours consécutifs passer sans en faire. Donc, je chausse mes baskets, je mets mini-nous dans la poussette (oui, une fois n’est pas coutume, moi qui suis une fan de portage, la poussette est quand meme bien pratique pour les sorties course à pied) et c’est parti pour 5 kilomètres. Merci les endorphines, grâce a vous mon humeur est un peu moins pourrie le reste de la journée.


4. Ne pas (trop) se jeter sur la bouffe sucrée et grasse en mode c’est-l’hiver-je-l’ai-bien-mérité-en-plus-il-pleut-depuis-10-jours-non-stop, sous peine du fameux retour de bâton de l’été : Il fait beau mais je ne rentre plus dans mon maillot. Cette éternelle lose. Ceci dit, un cupcake de temps en temps n’a jamais fait de mal à personne, soyons clairs.


5. Écrire un journal dans ta langue et critiquer le temps pourri, (les anglais), ton boss, tes clients et le pudding si ça te fait plaisir. Attention, ceci est une zone défouloir. Au moins vous êtes prévenus.


6. Créer. Avec 18 heures de pénombre par jour c’est le moment de se remettre à la guitare. Ou au tricot. Ou à faire des tote bag pour les vendre sur Etsy. Bonne idée tiens !